AU STUDIO : EROCA NICOLS (TOR) — Il n’y a pas de «LOL» seulement «COL», «CRYING OUT LOUD»

15 au 19 nov. 2021 — 9 h 30 à 12 h 30 (lun.-ven.)
75 $ avec le soutien d’Emploi-Québec (ou 230 $, prix non éligible)
Ouvert aux artistes de toute discipline
Langue d’enseignement : anglais
Capacité : 13 personnes — priorité semaine complète

S’INSCRIRE > 
En vous inscrivant à un atelier, vous vous engagez à annuler votre participation si vous avez des symptômes ou pensez être atteint de la COVID-19. Veuillez lire l’engagement des participant-es avant de vous inscrire. Merci!


CONTENU // Il n’y a pas de «LOL» seulement «COL», «CRYING OUT LOUD» une pratique d’entraînement mélancolique et/ou l’incarnation du deuil comme stratégie de chorégraphie/survie. La sueur, c’est juste des larmes qui sortent par d’autres trous. Bougeons nos corps sur de la musique triste et voyons comment nous pouvons nous sentir ensemble à propos de ce temps de solitude continu.

J’ai tenté de comprendre ce qui nous manque. Il nous manque tellement de choses. Comment les ressentir ? Comment sortir de la petite monotonie de la vie quotidienne ? Comment faire de la place pour une libération émotionnelle durant et juste au-delà de l’isolement pandémique ? Crying Out Loud est un contenant pour une participation à faible enjeu/un ressenti à fort enjeu afin que nous ne perdions pas notre sang-froid.

Pour celleux qui pleurent facilement et pour celleux qui pleurent plus difficilement, nous ferons des mouvements simples et ennuyeux, lentement, sur une musique très triste, afin de nous sentir ensemble, de ne pas nous perdre et de trouver des moyens de nous retrouver.

Nous allons :
– entrer dans des corps de sensation, à travers des corps matériels.
– faire travailler nos corps et étirer nos capacités diminuées.
– faire le deuil que nous avons repoussé.
– être bruyant-es et ridicules et, espérons-le, célébrer.

Tout le monde est triste. Nous avons besoin d’un espace pour faire un deuil profond, mais aussi léger – ensemble.

ACCESSIBILITÉ // Détails à venir – d’ici-là, contactez-nous pour toute question ou demande.

BIO // Eroca Nicols est actuellement connu-e comme artiste de danse/chorégraphe/enseignant-e/soutien spirituel, mais sa pratique multiple découle de sa famille de caravanier-es nomades semi-mystiques, de ses années de travail comme concierge et d’un Baccalauréat en art vidéo/performance et sculpture du California College of the Arts (anciennement, ‘and Crafts’). L’enseignement, la performance et la formation qu’ils dispensent sont profondément influencés par l’étude continue de la chorégraphie, des rituels, du soin de la communauté / des perturbations et du jiu-jitsu brésilien.

En dehors des périodes de pandémie, iel enseigne et se produit dans le monde entier dans le cadre de divers festivals et institutions, notamment ImpulsTANZ à Vienne, The School for New Dance Development à Amsterdam, l’Université des arts de Stockholm et le Studio 303 à Montréal. Eroca a cofondé-e le Love-In de la communauté de danse de Toronto et a été Chalmers Research Fellow (2014,15), enquêtant sur la mort, le rituel et la performance avec des guérisseur-euses et des facilitateur-trices autour du globe.

Depuis l’époque de la pandémie, iel réside à Tkarón:to/Toronto, parle de la mort et du deuil sur Internet (femmeditation, @therealerocanicols), s’engage profondément dans des négociations interpersonnelles autour de la vie quotidienne, du racisme, de l’antiracisme, et apprend à soulever des choses lourdes dans le garage d’un ami avec un petit noyau d’amoureux-reuses et d’ami-es.