Crédit photo : Johnathon Cliff

[ (+) ACCESSIBLE ] AU STUDIO : ERYN DACE TRUDELL (MTL) — Skinner Releasing Technique

11 au 15 avr. 2022— 9 h 30 à 12 h 30 (lun.-ven.)
75 $ avec le soutien d’Emploi-Québec (ou 250 $, prix non éligible)
Ouvert aux artistes de toute discipline
Langue d’enseignement : anglais et français
Capacité : 9 personnes — priorité semaine complète

Dans le cadre de sa programmation d’ateliers professionnels le Studio 303 offre des ateliers (+) accessibles afin d’offrir aux artistes en situation de handicap ou Sourd-es* une opportunité de développement professionnel répondant à de plus larges besoins en accessibilité. Tous les détails ici >

INSCRIPTION PRIORITAIRE artistes en situation de handicap ou Sourd-es* > dès le 16 février 2022
INSCRIPTION GÉNÉRALE > dès le 28 mars 2021

En vous inscrivant à un atelier, vous vous engagez à annuler votre participation si vous avez des symptômes ou pensez être atteint de la COVID-19. Veuillez lire l’engagement des participant-es avant de vous inscrire. Merci!

*La notion de handicap est prise ici dans un sens large incluant une palette nuancée et ouverte de conditions et de réalités personnelles. 


CONTENU // À propos de la SRT : Une méthode somatique de perfectionnement de la danse créée par Joan Skinner. Il fusionne la technique et le processus créatif et a une grande influence sur l’esthétique de la danse contemporaine. La SRT met en œuvre des moyens qui nous permettent de relâcher ce qui entrave les mouvements de notre corps. Par une imagerie guidée, de la musique et une approche pratique axée sur une interaction tactile entre participants, cette technique facilite l’expérience kinesthésique du mouvement tandis que nous nous libérons graduellement des « couches extérieures », des « pelures » qui entravent notre corps. C’est une approche empirique et intuitive qui utilise l’imagerie en tant qu’outil puissant de transformation. Ouvert à tous. Il n’est pas nécessaire de posséder une formation liée au mouvement.

ACCESSIBILITÉ // Le pouvoir de la SRT réside dans l’effet de l’imagerie sur l’expérience kinesthésique. La SRT rompt avec la tradition de l’enseignement de la danse occidentale en introduisant l’exploration somatique, à travers des structures d’improvisation guidées et un travail tactile avec partenaire, plutôt que des pas et des séquences à apprendre, à imiter et à répéter. Elle honore les aspects techniques et créatifs de la danse, de manière égale. Il n’y a pas d’idéal à atteindre, ni de bonne ou de mauvaise façon de participer.

La plupart des activités sont facilitées par des conseils verbaux suivis de musique. La plupart des mouvements sont des improvisations inspirées par les conseils verbaux et musicaux.

Parfois, le travail se concentre sur le fait de bouger des parties spécifiques du corps et à d’autres moments, le corps entier est utilisé. Le travail avec un partenaire est possible, mais n’est pas obligatoire. Les qualités physiques et les efforts utilisés sont laissés à la discrétion des participant-es. Toutes les gammes sont possibles, du mouvement subtil, voire imperceptible de l’extérieur (mouvement de pensée et imagination) à une énergie très élevée. C’est le choix de l’individu. La musique est jouée sporadiquement pour renforcer certains états somatiques. Le volume est géré avec soin. Il y a peu ou pas de discussion : un partage au début de la semaine et à la fin de la semaine seulement. L’animateur guide avec des instructions vocales. La démonstration n’a lieu que pour le travail en binôme. 

La structure est flexible dans le temps. Les instructions sont adaptables. Chaque classe a une structure similaire. 

Le contenu d’une classe SRT a ses origines dans l’éducation somatique du mouvement, spécifiquement la Technique Alexander, mais aussi avec des aspects qui peuvent être reconnus dans des pratiques comme Feldenkrais, BMC et le Contact Improvisation et d’autres approches influentes de la danse contemporaine.

BIO // Fondatrice et directrice artistique de MamaDances depuis 2006, Eryn Dace Trudell est une artiste de danse polyvalente, lauréate de nombreux prix. Depuis trois décennies, elle s’accomplit en tant que productrice, danseuse, chorégraphe, facilitatrice, enseignante, chercheuse et entrepreneure.

Diplômée de Juilliard, facilitatrice certifiée de la Skinner Releasing Technique et étudiante à la maîtrise à l’Université du Québec de Montréal, ses recherches portent sur la danse en tant qu’art relationnel et moyen de cultiver un sentiment de plénitude et de bien-être par l’amélioration de la conscience kinesthésique, de la sensation et de l’empathie – approfondissant les liens avec soi-même, les autres et l’environnement.

Son travail démontre les façons dont la danse contribue à la qualité de vie des individus et des communautés, y compris les nouvelles mères, les personnes âgées et d’autres populations qui manquent souvent de visibilité et de forums d’expression dans le monde de la danse. Elle est convaincue qu’en s’engageant dans des pratiques qui nous aident à nous sentir connecté-es par la présence et la sensation, nous pouvons cultiver la capacité de nous rapprocher, d’aimer et d’être aimés, de prendre soin et recevoir ce soin. Les connaissances et les compétences d’Eryn sont le fruit de sa formation formelle en ballet et en danse moderne à Juilliard, en danse contemporaine et en éducation somatique du mouvement, ainsi que de son intégration croissante des théories de la thérapie par le mouvement dansé et de la recherche de l’histoire et de la pratique de la danse folklorique, des danses spécifiques à une culture et de la danse en tant que rituel.