Crédit Photo : Francesca Chudnoff

AU STUDIO : ALICIA GRANT (TOR/BE) — ARROSE-MOI COMME LA PLANTE QUE JE SUIS : pratiques de renouvellement

4 au 8 avr. 2022 — 9 h 30 à 12 h 30 (lun.-ven.)
75 $ avec le soutien d’Emploi-Québec (ou 190 $, prix non éligible)
Ouvert aux artistes de toute discipline
Langue d’enseignement : anglais
Capacité : 13 personnes — priorité semaine complète

S’INSCRIRE > dès le 16 février 2022
En vous inscrivant à un atelier, vous vous engagez à annuler votre participation si vous avez des symptômes ou pensez être atteint de la COVID-19. Veuillez lire l’engagement des participant-es avant de vous inscrire. Merci!


CONTENU // Renouvelez, restaurez et peut-être même appréciez – même si vous n’en avez pas envie ! 

Ensemble, nous allons investiguer la danse et voir si elle peut changer notre physiologie. Dans cet atelier, nous allons nous transformer chimiquement grâce au pouvoir biodynamique de la sueur. Nous allons cultiver des façons de danser avec la joie et le chaos corporels. Je m’intéresse au dépouillement des couches du jet lag pandémique multidimensionnel et bien plus encore. Qu’est-ce qui est possible ? 

Attendez-vous à danser sur de la musique forte, à tonifier le nerf vagal, à grogner depuis les entrailles, à libérer les aisselles, à encourager son moi supérieur et à agiter les bras. 

Certaines de mes activités préférées devront peut-être attendre que les protocoles de santé nous permettent de les pratiquer : chanter ensemble, gémir de façon cathartique et faire du travail de partenaire pour se débarrasser des couches de conneries accumulées.

Cet atelier comprend des orientations physiques vers soi, les autres et l’espace ; une transformation fluide des propositions de mouvement ; et des improvisations structurées et ouvertes.

Je partagerai des principes tirés de mes ascendances de Freak dance et de l’ostéopathie par le mouvement. Les participant-es sont encouragé-es à respecter leurs propres limites et intérêts dans le cadre des propositions de l’atelier. Trouvons un peu de fraîcheur et peut-être même de nouvelles synapses neuronales !

ACCESSIBILITÉ // La structure est similaire chaque jour de l’atelier : un début énergique et physique où les gens transpirent, souvent sur une musique forte avec beaucoup de basses. La deuxième partie est basée sur la cultivation de la présence et le travail avec des partitions d’improvisation plus longues en solos, duos et petits groupes. Au cours de la première partie, il y a des mouvements dans l’espace tels que rebondir, secouer les bras, sauter, courir, s’étirer et rouler au sol. Les instructions sont souvent données dans un style fluide sans arrêter l’activité en cours. Des repères visuels sont souvent utilisés pour indiquer comment la classe avance. Le rythme et l’intensité peuvent être facilement adaptés aux besoins des participant-es. La deuxième partie de l’atelier se déroule sur une musique plus douce ou en silence. Le toucher est parfois utilisé, mais il est toujours optionnel. Le travail avec les partenaires peut être adapté pour ne pas inclure de toucher ou pour que quelqu’un-e travaille en solo à la place. L’atelier est largement basé sur une expérience physique sans mettre l’accent sur la communication orale. Environ 20 % du temps est consacré à l’explication verbale de propositions plus longues, à des discussions en duo ou à des cercles de discussion en grand groupe pour obtenir du feedback. 

Les personnes à mobilité réduite ou celles qui peuvent être surstimulées par beaucoup de mouvements, de la musique forte et des activités de longue durée peuvent rencontrer des difficultés. Les participant-es sont encouragé-es à adapter les propositions en fonction de leurs besoins.

BIO // Alicia Grant (she/elle) est une chorégraphe et danseuse qui travaille dans diverses constellations avec d’autres créateurs à Toronto et à Berlin. Après avoir obtenu un baccalauréat en beaux-arts de l’Université York, son travail de performance, de vidéo et de conception sonore a été présenté au Canada, aux États-Unis et en Europe, sur des scènes, dans des piscines, des usines abandonnées et des galeries. Elle est une moitié de WITCHTITS avec Zinzi Buchanan, et a travaillé avec Zoja Smutny, Andrea Spaziani, Ellen Furey, Anna Fitoussi, Ivan Björn Ekemark, Jacinte Armstrong et Inky Lee, entre autres. Elle a partagé ses pratiques de danse why-am-i-alive au Studio 303 à Montréal, à Love-In à Toronto, à Ponderosa à Stolzenhagen et à TanzFabrik à Berlin. Intéressée par les dynamiques de pouvoir, la transformation et l’intimité, Alicia travaille actuellement sur des solos de saxophone et un album fantastique de bruits de voyage.