Crédit photo : Lucy Fandel

LUCY FANDEL

PROJET // the windy days

The windy days explore la façon dont les gens et les lieux se transforment l’un l’autre à travers un processus d’arrivée patient et poreux, et les traces de matériaux vivants qui s’accumulent entre les deux. Le projet est ancré dans une méthodologie de travail sur le terrain qui combine la recherche à l’extérieur et en studio et s’appuie sur des notes exhaustives prises sur le terrain, des matériaux trouvés et des partitions fondées sur les lieux. Avec les interprètes-collaborateur-trices Cara Roy et Nicolas Patry, la conceptrice de décors et de lumières Darah Miah et la conceptrice sonore Kasey Pocius, cette recherche privilégie une compréhension relationnelle du temps créatif à travers lieux et disciplines, habité par des valeurs d’écologie et de décroissance durable. Le projet vise à développer de multiples formes de partage allant au-delà de la production de performances, qui mettent l’accent sur l’accessibilité au processus créatif par la médiation culturelle, les traces chorégraphiques et la documentation à travers les médias, afin d’ouvrir le dialogue et d’écouter les résonances des lieux que nous cohabitons.

BIO // Lucy Fandel est une artiste en danse et rédactrice basée à Tio’tia:ke/Montréal. Souvent à l’intersection du mouvement social, scientifique et artistique, son travail voit le jour au Canada et à l’étranger. Elle a dansé pour Wendt+Dufaux, Chloe Hart, Catherine Chun Hua Dong, et le collectif As They Strike entre autres. Sa dernière création, Le penchant des pierres, co-chorégraphiée avec Nickle Peace-Williams, a été autoproduite entièrement à l’extérieur à La friche au pied du courant sous forme de performance in situ devenue film. Lucy est aussi co-fondatrice de l’organisme de soutien créatif pour artistes, Nous Sommes L’Été et coordonnatrice de projet avec Mouvement Perpétuel (Marlene Millar et Philip Szporer) et le Performing Arts Research Cluster à l’Institut Milieux de l’Université Concordia (Angélique Willkie et Eldad Tsabary). Sa pratique in situ se développe continuellement par des conversations avec la conseillère artistique Bailey Eng, ainsi que par des résidences rurales à vocation écologique.

Crédit photo : Lucy Fandel